les cyclones de plus en plus nombreux

Le nombre de cyclones en augmentation

Alors que se tient à Delhi une réunion internationale pour lutter contre le dérèglement climatique, une étude que vient de publier la revue Nature, confirme que le réchauffement du climat est bien à l'origine de la multiplication des cyclones. Oui, les résultats de cette étude, conduite par des chercheurs britanniques, sont clairs, nets et sans bavures. Elle démontre qu'une augmentation de 0,5° des eaux de surface dans la mer des caraïbes, le golfe du Mexique et dans l'Atlantique Nord, augmente la fréquence des cyclones tropicaux de 40% (ce qui est absolument considérable). Non seulement les cyclones sont plus nombreux mais aussi plus forts, plus intenses toujours sous l'effet du réchauffement climatique. Leur durée est plus longue et leur trajectoire encore moins prévisible qu'avant. Pour être plus précis, Kerry Emanuel du MIT américain, qui a étudié cet aspect pour avoir épluché les statistiques sur l'intensité des cyclones de ces 50 dernières années a abouti pour sa part, à la conclusion que sur la période la plus récente, les cyclones durent en moyenne 60% plus longtemps et que la vitesse de leurs vents est de 15% plus élevée ! L'augmentation peut paraître faible mais les dégâts causés par un cyclone ne sont pas directement proportionnels à la vitesse du vent, mais au cube de celle-ci. Les résultats laissent donc entendre que la capacité destructrice d'un cyclone a augmenté de plus de 50%. De la même manière, dans la catégorie inférieure des tempêtes : leur nombre a quasiment doublé depuis le début des années 1970 où l'on recensait en moyenne 10 tempêtes dans cette région du globe de catégorie 4 et 5. Depuis 1990 leur nombre a presque doublé pour atteindre 18 tempêtes majeures. On ne peut que souhaiter que ces données strictement scientifiques mobilisent la communauté internationale réunit depuis hier et jusqu'à demain à Delhi pour lutter contre le réchauffement climatique et fasse prendre conscience au gros pollueur que sont les Etats-Unis, la Chine, de la nécessité de ne pas se contenter de vagues engagements mais d'adapter, au contraire, des programmes chiffrés de réduction du CO2 à l'exemple de ce que les pays de l'Union européenne ont fait.

 

Source: Christian Buchet - Europe1.fr

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site